ᐅ Les symptômes des hémorroïdes : Soyez avertis !

symptômes des hémorroïdes

Symptômes hémorroïdes

Les symptômes des hémorroïdes sont basés sur la quantité de la maladie. Dans la première phase, il n’y a généralement pas grand-chose à noter, alors que dans la phase suivante, la douleur peut devenir très forte et les symptômes deviennent de plus en plus dangereux. Il est donc raisonnable de prendre les premiers signes au sérieux et de consulter un médecin.

Dans le premier niveau de cette maladie, les signes sont difficilement reconnaissables. Les protubérances du corps caverneux hémorroïdal ne sont généralement pas visibles de l’extérieur.

La personne malade ressent la douleur dans les cas les plus rares, car la muqueuse rectale est insensible à la douleur. Les premiers symptômes des hémorroïdes sont des démangeaisons et une légère présence de sang rouge dans les selles, que l’on peut également observer sur le papier hygiénique.

Cependant, les symptômes des hémorroïdes du deuxième niveau sont plus évidents. Les patients se plaignent de saignements, de douleurs, de brûlures, de démangeaisons et de suintements autour de l’anus.

De plus, il peut arriver qu’après la selle, il y ait une sensation que la vidange n’a pas encore eu lieu complètement ou qu’il y ait un corps étranger dans l’anus. Des caillots sanguins peuvent se former, entraînant une occlusion veineuse, ce qui peut être extrêmement dangereux.

Les nœuds hémorroïdaux qui en résultent peuvent se déplacer avant l’ouverture anale tout au long de la selle et ne peuvent plus se rétracter par la suite.

Erreurs fréquentes dans les hémorroïdes
Erreurs fréquentes dans les hémorroïdes

La douleur et les démangeaisons s’aggravent et les hommes et les femmes affectés se plaignent tout le temps d’un corps étranger. Le saignement devient plus puissant et du mucus est sécrété, qui pourrait alors se trouver sur les sous-vêtements.

Les symptômes des hémorroïdes ne peuvent plus être écartés maintenant.

Les hémorroïdes ne sont pas nocives aux premiers stades et peuvent être bien traitées. C’est pourquoi tout le monde devrait mettre de côté sa fausse honte et consulter un médecin dès l’apparition des premiers symptômes, car il comprend les conseils et prescrit les médicaments et onguents essentiels pour surmonter cette maladie désagréable le plus rapidement possible.

On présume qu’une prédisposition génétique pourrait être tenue responsable du développement des hémorroïdes.

Elle est congénitale et souvent elle peut aussi être découverte dans les hémorroïdes. Cela peut également être confirmé par le fait que la maladie est plus fréquente, en particulier à un âge avancé. Ceci peut être attribué à la réduction de l’élasticité des parois des vaisseaux. Les patients à risque comprennent également les personnes qui sont fréquemment assises au travail et dans leur vie personnelle.

Cela favorise le développement d’hémorroïdes, en plus de la paresse intestinale, et peut également causer une congestion sanguine sous la hanche. Cela inclut également la constipation chronique, qui affecte particulièrement les personnes qui consomment trop peu de fibres, boivent trop peu, ne procèdent pas suffisamment et font aussi du travail sédentaire.

Pour toutes ces raisons, une plus petite quantité de selles est générée, qui dilate à peine l’anus et la paroi intestinale. Cela peut entraîner des problèmes lors de l’évacuation des matières fécales, car l’impulsion de le faire est faible, de sorte qu’un pressage long et lourd est nécessaire.

Cependant, ceux qui utilisent des laxatifs sur une plus longue période de temps peuvent augmenter le risque de croissance de l’eczéma. Celles-ci ont un impact négatif sur l’action intestinale, les selles deviennent minces, elles développent une inhibition du désir normal de drainer les selles.

Cela empêche la pratique de leur système final de l’anus. Elle est impliquée dans le développement d’hémorroïdes dans un grand nombre de cas.

Plus le poids est élevé, plus la pression exercée sur l’anus peut limiter la circulation sanguine, ce qui peut entraîner un élargissement des coussinets de fesses dans la région rectale. Pour des raisons précises, les hémorroïdes surviennent souvent pendant la grossesse.

De plus, les changements hormonaux relâchent les tissus conjonctifs pour faire plus de place à l’enfant à naître et aussi pour se préparer à l’accouchement. Enfin, il faut mentionner un muscle sphinctérien extrêmement serré, qui peut également être tenu responsable du développement des hémorroïdes.

Vue d’ensemble : Les symptômes des hémorroïdes les plus courants

Symptômes hémorroïdes : premières indications

  • Démangeaisons, douleur, sensibilité et brûlure de l’anus
  • Sang ou mucosités à la selle
  • La sensation d’avoir besoin d’aller aux toilettes, mais sans ou avec un petit « résultat ».
  • Le sentiment que l’intestin n’est évidemment pas complètement vide.
  • Un sentiment à la fois oppressant et débilitant lorsque les hémorroïdes se font sentir.
  • S’asseoir est presque impossible – c’est très probablement le caillot de sang.
  • Incontinence aux selles.

Symptômes hémorroïdes avancés

En fonction de la gravité et du niveau, différents symptômes peuvent survenir, par exemple :

  • Saignements indolores lors de la défécation, qui peuvent se produire sous la forme d’un lit de selles ou d’un saignement qui coule.
  • Réduction involontaire des mucosités ou des selles
  • Dans le cas d’hémorroïdes hypertrophiées en phase avancée : (douleur aiguë)

Symptômes hémorroïdes par grade

Prévention des hémorroïdes
Prévention des hémorroïdes
Hémorroïdes du 1er degré :
  • Non visible à l’extérieur et palpable
  • Se manifestent par un gonflement mineur et parfois aussi par des douleurs et des démangeaisons dans la région anale.
Hémorroïdes du 2e degré
  • Sont expulsées par évacuation intestinale, mais s’échappent à nouveau d’elles-mêmes.
  • Le passage d’un léger sang rougeâtre avec les selles est parfois perceptible.
  • De fortes démangeaisons, des brûlures et des sécrétions de mucus sont des caractéristiques supplémentaires.
Hémorroïdes 3e et 4e niveau
  • Provoquent une douleur intense, des brûlures et des pleurs
  • Infection de la muqueuse anale
  • Inflammation de la muqueuse rectale avec douleur.
  • Incontinence fécale
  • Saignement par les selles

Cela semble plus dramatique qu’il n’y paraît. Du moins dans de nombreux cas. Naturellement, les selles sanguinolentes peuvent aussi être nocives, mais dans le cas des hémorroïdes, le pire n’est pas forcément automatiquement présumé.

Des saignements indolores peuvent survenir à tout moment lorsqu’une personne souffre d’hémorroïdes. Ce n’est pas seulement possible, mais aussi très probable, que les hémorroïdes internes s’ouvrent pathologiquement de temps en temps et laissent le sang s’échapper.

Cela n’a pas besoin d’être critique. Occasionnellement, une telle excrétion de sang dans les selles n’a pas d’autres conséquences. Néanmoins, une personne doit rester vigilante et ne pas prendre ce symptôme en douce.

Toute sorte d’hémorragie interne est potentiellement bénigne et dangereuse. De telles blessures peuvent rapidement s’enflammer et se transformer en un grave problème médical.

Il est donc parfois très difficile de dire avec précision quand l’excrétion anale du sang est critique et quand elle ne l’est pas. Cela dépend d’ailleurs très fortement de la personne seule.

Il est crucial de vérifier si l’on saigne seulement par les selles ou aussi indépendamment de celles-ci. Si c’est le cas, ce n’est généralement pas un excellent signe et vous devriez consulter un médecin le plus tôt possible.

La quantité de sang est également d’un grand intérêt. S’il n’y a que quelques conseils et/ou gouttes, il n’est généralement pas nécessaire de consulter un médecin. Cependant, si vous constatez que vous saignez de façon disproportionnée, il est préférable de consulter immédiatement un médecin.

Cependant, il n’est pas possible de définir exactement ce qu’est « beaucoup » de sang et ce qu’est « peu ».

Comment puis-je détecter la présence de sang dans les selles ?

Parfois, il peut être assez difficile de découvrir du sang sur vos selles. Si, cependant, vous avez peur de sécréter du sang par l’anus, vous devez examiner vos propres selles un peu plus attentivement.

De plus, les excréments sont souvent très pollués par des germes, des bactéries et d’autres germes – il est donc extrêmement important de prendre les mesures nécessaires et, par exemple, d’éviter tout contact direct avec vos selles.

Il est conseillé d’utiliser des gants ou du matériel d’examen spécial, car ils sont également utilisés en médecine orthodoxe.

Tout d’abord, il faut mieux regarder dans ses selles. Ici, il peut être très utile de les éclairer avec une source de lumière secondaire pour pouvoir obtenir une meilleure image. Si les fèces semblent remarquablement foncées ou ont une tendance au rouge, ce sont des signes que du sang est présent dans les fèces.

De plus, c’est une bonne idée d’examiner régulièrement vos selles de cette manière pour pouvoir obtenir une valeur relative. Après tout, cela ne sert pas à grand-chose si vous regardez simplement vos excréments après et que vous n’avez aucune autre connaissance de leur caractère.

Le sang peut également être découvert lors du nettoyage de l’anus. Il est donc conseillé de jeter le papier toilette utilisé directement dans la cuvette, sauf pour le regarder devant soi. Il est souvent plus simple de trouver des décolorations rouges sur le fond blanc que dans le siège lui-même.

Par conséquent, si quelques gouttes de sang sont présentes de cette façon, c’est un indicateur très fiable qu’il y a une hémorragie interne. La situation doit être classée comme très alarmante.

Une personne devrait s’adresser le plus rapidement possible à votre médecin de famille et s’adresser à lui. Bien que les dépôts de sang par voie anale puissent avoir des causes assez profanes, on ne peut exclure la possibilité de diagnostics graves comme le cancer de l’intestin. Il ne faut donc pas laisser passer un moment inutilisé pour le moment.

Démangeaisons de l’anus

Ce n’est pas seulement très désagréable, mais dans des cas particuliers, c’est aussi lié à de forts risques hygiéniques.

De plus, les démangeaisons qui surviennent ne sont pas nécessairement d’origine purement externe – elles peuvent aussi survenir d’une manière interne. Si cela se produit, c’est généralement particulièrement désagréable et bouleversant pour la personne atteinte, car elle n’est pas en mesure de faire quoi que ce soit contre ces démangeaisons.

Beaucoup de gens sous-estiment encore ce symptôme des hémorroïdes au début.

Ne pas gratter

Il peut sembler tentant de se gratter au moment des démangeaisons afin de trouver un soulagement le plus rapidement possible après l’apparition des symptômes des hémorroïdes. Mais il faut s’abstenir à tout prix d’un tel comportement ! Cette mauvaise habitude peut avoir de graves effets secondaires, qui ont un impact extrêmement négatif sur la santé générale.

Une attention particulière doit être accordée aux personnes qui ne sont pas en mesure de contrôler adéquatement leurs propres activités. Dans le cas des hémorroïdes, les personnes atteintes de démence sont particulièrement dignes de mention.

Ils ne sont normalement plus capables de retenir leurs impulsions. C’est la raison pour laquelle les réactions subconscientes aux stimuli physiques sont fréquentes. Si des démangeaisons hémorroïdales surviennent chez les personnes atteintes de démence, elles ne peuvent s’empêcher de se gratter. Mais c’est très dangereux.

Il y a donc une plaie ouverte. Si c’est vrai, la situation devient critique.

Cela peut entraîner de graves inflammations. En particulier, les patients alités doivent à nouveau être mentionnés ici. Celles-ci sont particulièrement sujettes à de telles infections.

C’est notamment pour cette raison qu’en tant qu’infirmière ou en tant que personne s’occupant d’une autre personne en privé, une personne doit toujours se concentrer sur l’hygiène anale de la personne. Y compris le changement fréquent des couches (si nécessaire) et la recherche d’excrétions sanguines.

De plus, une personne ne devrait pas négliger d’utiliser régulièrement les pommades prescrites.

Une autre raison pour laquelle vous ne devriez pas gratter vos hémorroïdes, même si elles démangent incroyablement, est la nature stérile. De plus, chaque anus est plus ou moins infecté par des germes et des bactéries.

Par conséquent, il est possible qu’il soit toujours dangereux de se toucher ou de toucher d’autres personnes de la région de l’anus. Cependant, si cela ne peut être évité, pour quelque raison que ce soit, il est impératif de bien se laver les mains afin de se protéger et de protéger l’environnement.

Par conséquent, une hygiène suffisante après un contact anal direct devrait être dans l’intérêt de chaque être humain.

Que faire contre les démangeaisons ?

Puisque les démangeaisons qui peuvent se développer peuvent être très puissantes et désagréables, il existe de nombreux remèdes disponibles, qui peuvent être utilisés dans la défense de la même chose. Tout d’abord, il existe un assortiment de médicaments, principalement des onguents, des crèmes ou des suppositoires, qui peuvent aider dans ce cas.

En général, vous avez le choix entre les préparations en vente libre et les préparations sur ordonnance. Les deux sont tout aussi géniales. Néanmoins, dans la mesure du possible, il faut s’en tenir à la préparation prescrite par le médecin traitant.

Pour ce faire, prenez de l’eau tiède et un chiffon doux et lavez doucement les zones qui vous démangent.

Si vous êtes trop brutal et impoli, vous pourriez avoir la capacité de remédier au problème plus rapidement, mais vous manquerez la cible et vous nuirez ainsi à vous-même et à votre santé anale.

La camomille a spécifiquement prouvé sa valeur dans ce cas précis.

Incapacité de s’asseoir

La majorité des personnes touchées sont incapables de s’asseoir plus tôt ou plus tard. Même si ce n’est pas le cas, c’est au moins très difficile pour eux et extrêmement douloureux. Selon la profession, cela peut entraîner d’immenses limitations. Il est conseillé aux personnes assises, en particulier, de prendre les mesures nécessaires et de demander de l’aide.

Pour les personnes qui s’assoient malgré la douleur et la rejettent, le risque est grand d’aggraver les souffrances dont elles sont responsables, c’est-à-dire les hémorroïdes. Cette aggravation conduit donc à une incapacité beaucoup plus grande de s’asseoir – on pourrait parler d’une sorte de cercle vicieux.

En général, il est donc conseillé à chacun de considérer la douleur lorsqu’il est assis comme un indicateur urgent d’une demande d’aide. Bien que ce symptôme spécifique puisse également avoir d’autres causes, la probabilité qu’il soit dû à des hémorroïdes est extrêmement élevée.

Cela permet aux personnes touchées de retrouver une certaine qualité de vie jusqu’à la fin de la thérapie et leur permet de vivre plus librement dans la vie de tous les jours.

Plus précisément, ce qu’il est convenu d’appeler les « anneaux de siège » devraient être notées à ce moment-ci. Il s’agit le plus souvent de petits anneaux gonflables, rarement en tissu, sur lesquels vous pouvez vous asseoir pour soulager la douleur. Par le trou au centre de l’anneau, les hémorroïdes n’entrent pas en contact direct avec la surface du siège, ce qui signifie qu’il n’y a pas trop de douleur.

Ces coussins ne sont pas seulement faciles à transporter, ils offrent également une grande protection contre la douleur. Surtout lors d’excursions en train et en voiture, en avion, au bureau et bien d’autres choses encore. Des crèmes et des onguents peuvent également être utilisés dans ce cas.

Formation de nœuds et excroissances

Ils peuvent également se produire dans l’anus. En général, ce sont ces élargissements pathologiques qui sont connus sous le nom d’hémorroïdes. En réalité, la même chose peut aussi exister indépendamment.

Celles-ci sont souvent particulièrement douloureuses et aussi très inesthétiques.

Dans l’ensemble, une personne ne devrait pas avoir trop peur de ces hémorroïdes externes. Il est assez possible de les traiter assez rapidement. Pour ce faire, le médecin traitant dispose de nombreuses méthodes de traitement potentielles différentes.

Ceux-ci varient des traitements médicamenteux traditionnels aux applications chirurgicales avancées. Dans l’ensemble, on peut généralement vous aider immédiatement.

Il s’agit souvent d’une indication très claire que la maladie a atteint un point particulier et continue de s’aggraver. Dans les premières phases d’une maladie hémorroïde, la thrombose péri-anale est assez rare.

Ceux-ci indiquent généralement un stade assez avancé de la maladie. Si elles surviennent à une fréquence trop élevée, on peut présumer que la maladie est à un stade très avancé et nécessite un traitement inconditionnel.

Toute personne qui n’a pas encore consulté un médecin à ce sujet devrait le faire dans la mesure du possible. Toute autre chose serait totalement irresponsable envers elle-même.

Effets secondaires additionnels des thromboses péri-anales

Après l’apparition de thromboses péri-anales ou d’hémorroïdes externes, d’autres symptômes des hémorroïdes, parfois très désagréables, apparaissent souvent chez la personne atteinte. C’est assez compliqué, coûteux et parfois douloureux de maintenir l’anus propre d’une manière décente quand on a des hémorroïdes externes.

C’est compréhensible, parce que la plupart des hommes et des femmes se sentent à juste titre découragés par ces élargissements et ces croissances pathologiques.

D’autant plus qu’une mauvaise stratégie peut avoir des conséquences négatives supplémentaires. Il s’agit notamment de la création de thromboses péri-anales supplémentaires.

Il peut donc être nécessaire de se détourner du papier hygiénique traditionnel et d’essayer différentes techniques de nettoyage – au moins jusqu’à la période pendant laquelle vous vivez ce phénomène. A ce moment, il est recommandé, par exemple, de nettoyer l’anus avec de l’eau.

Une lingette humide avec un tissu doux peut également être avantageuse par rapport au papier hygiénique sec traditionnel. Cependant, ils ont besoin d’un peu de pratique et pour cette raison, ils ne peuvent pas être appréciés sans avertissement.

S’il y a trop d’incertitude, c’est donc toujours une bonne idée d’entrer en contact avec le médecin en qui vous avez confiance et d’obtenir des conseils sur la meilleure façon de procéder.

Globalement, il est évidemment possible, malgré les hémorroïdes externes, de nettoyer son anus de manière satisfaisante et efficace, sans courir le risque d’aggraver sensiblement la véritable souffrance.

Observations finales sur les symptômes des hémorroïdes

Comme nous l’avons vu dans le texte précédent, il y a beaucoup de symptômes des hémorroïdes potentiels qui pourraient survenir dans le contexte de la maladie des hémorroïdes. Cependant, il ne faut pas oublier que tous les individus souffrant de la maladie ne sont pas également influencés par les symptômes possibles des hémorroïdes.

Ce trouble, et la plupart des autres affections, est une maladie vraiment individuelle et spécifique. En un mot, cela n’implique rien d’autre que le fait qu’il est impossible de prédire l’évolution de cette maladie en termes généraux.

C’est pourquoi tous les symptômes ne doivent pas nécessairement se manifester chez tout le monde. Bien que cela rende la maladie plus tolérable, cela peut rendre le diagnostic beaucoup plus difficile pour le médecin traitant. Néanmoins, une personne ne devrait pas avoir trop peur des conséquences possibles de la maladie.

La médecine orthodoxe moderne est certainement efficace pour traiter les hémorroïdes rapidement, efficacement et avec relativement peu de risques. Cela ne nécessite pas toujours une intervention chirurgicale. Même les traitements médicamenteux sont parfois suffisants pour maîtriser cette souffrance.

Dans l’ensemble, on peut affirmer que vous devriez prendre les symptômes des hémorroïdes au sérieux et consulter un médecin. La mauvaise honte ne vous mènera nulle part pour le moment. En réalité, il y a toujours des patients qui ne se tournent pas vers un médecin ou qui se tournent vers un médecin beaucoup trop tard car ils ont honte de leur maladie.

Mais ce n’est pas seulement inutile, c’est aussi irresponsable envers soi-même. N’hésitez pas et même si vous soupçonnez la présence d’hémorroïdes, consultez immédiatement un médecin.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de